Édition 2006-2007

«Présentation de pratiques exemplaires ou émergentes en
formation à distance
 »

Table d’échanges techno-pédagogiques en formation à distance

Document préparé par Thérèse Lamy et Michel Richer (SED; http://www3.sympatico.ca/tlamy/) pour le Réseau d’enseignement francophone à distance (REFAD)

L’équipe du REFAD tient à remercier chaleureusement Thérèse Lamy et Michel Richer pour leur professionnalisme et leur grande implication, ainsi que les spécialistes, les observatrices et les observateurs qui ont alimenté les échanges.

Le document est disponible à http://www.refad.ca/nouveau/compterendu_2007/pdf/Compte-rendu_2006-2007.pdf (Document PDF, 0.43Mo),

Ce projet a permis quatre rencontres qui ont servi de base à l’élaboration du compte rendu de ces réunions et des recommandations s’y rattachant. Ces expertises étaient partagées à distance par audioconférence et Internet et ont eu lieu à la fin de 2006 et au début de l’an 2007. Des intervenant(e)s et sites observateurs de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l’Alberta, de la Saskatchewan, et de la Colombie-Britannique étaient présent(e)s. Cette année, le projet se voulait une présentation de pratiques exemplaires ou émergentes en formation à distance.

Les thèmes abordés en 2006-2007:

  • Le support à l’apprentissage lié à la persévérance et à la motivation dans les cours à distance du programme en autisme offert par La Cité collégiale
  • Un cours sur les théories d’apprentissage doit-il nécessairement être un cours ennuyant ?
  • L’apprentissage en ligne au N.-B. francophone : une question de « communication »…
  • Vecteur, recueil de ressources pédagogiques libres de droits d’auteur
  • Apprendre à distance en communiquant en Webconférence. L’expérience de l’Université Laurentienne
  • Encadrement de stages en milieu de travail – préceptorat en santé et en apprentissage
  • Pour un Campus Virtuel en Santé
  • Nom@d : Naissance d’un réseau d’apprentissage communautaire novateur

Merci à PENSIVO pour la mise en ligne et au Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du Québec (SAIC) ainsi qu’au Ministère du Patrimoine canadien pour l’appui financier apporté au projet.